Histoire et situation d'Ébaty

 

Histoire :

 

  • La première trace retrouvée d’EBATY date de 1007,  son nom est cité dans la Chronique de SAINTE-BENIGNE p 176). Il apparaît sous la forme d’AMBASSIACO  dans un acte de propriété. Les villages de Moisey, Reullée, Monceaux , Gilly  (canton de Nuits ) sont également cités, il sont alors la propriété avec les bâtiments, les terres et les serfs, d’un certain Miles ROTBERTUS, homme d’épée qui se convertit au christianisme (de nombreux cas similaires eurent lieu sous  le règne de Charlemagne) et donne à SAINTE-BENIGNE l’intégralité des biens définis plus haut.   En 1190, le nom du village évolue et devient les Bateys (la forme les Bâtis signifiant les bois mis en coupe) on peut supposer qu’à cette époque EBATY ressemble plus à une forêt qu’à un village tel que nous le concevons. C’est d’ailleurs, le cas de la majeure partie du territoire français de l’époque. Le moyen-âge va voir apparaître de vastes chantiers de défrichements dont EBATY bénéficiera également. On cite également un château à EBATY AU XXIIème siècle, qui consistait en un corps de bâtiment avec plusieurs chambres et plusieurs caves situées en dessous de la partie habitable. L’extérieur de ce château était séparé en 3 parties dont deux cours et une petite basse-cour agrémentée d’un puits sur lequel les armoiries de Messieurs LEGER et SAUBIER (seigneurs du lieu) avaient été gravées, le tout enfermé par des murailles avec des tours longées par de profondes douves.

 

  • En 1450, on nous cite qu’une tour forte existe à EBATY, mais le terme château n’est pas prononcé. A l’époque tous les habitants ont partie liés avec ce dit « château ». Tous travaillent au sein de celui-ci ou sur les terres du seigneur.

 

  • A la révolution la tour forte est détruite et les habitants récupèrent des matériaux dont ils se servent pour réhabiliter ou construire leurs habitations.

 

  • A partir de 1754, le fief d’EBATY appartient à la famille PERRENEY DE BALEURE, le dernier seigneur d’EBATY se prénommant Etienne.

 

  • On sait qu’en 1870, la superficie d’EBATY est de 217 ha et qu’elle est alors couverte de vignes qui produisent un vin de qualité médiocre.   

 

  • Il apparait que pendant la guerre de 1870, les habitants tremblent pour leur vie car ils se trouvent pris en tenaille entre les Prussiens qui étaient arrivés jusqu’à Nuits-Saint-Georges et des bataillons français massés à CHAGNY. Ebaty est également pillée par des bataillons de soldats (appelés Zéphyrs d’Afrique) qui sont de véritables pillards. Mr Chrétien, instituteur d’EBATY à l’époque évoque dans une lettre ces pillages : « Il y a du mal à EBATY, le petit village a logé un jour 1200 mobiles corses et deux compagnies de mobiles du Haut-Rhin, dans chaque maison il y avait au moins 50 soldats, nous n’étions plus maîtres chez nous ». Apparemment la commune de CORCELLES LES ARTS apparait plus sûre et certains habitants avaient décidés de s’y rendre, ils n’en n’auront pas besoin car les Prussiens se replient et ne viennent pas jusqu’à BEAUNE. S’ensuivra une terrible épidémie de vérole qui fait de nombreuses victimes à EBATY (source Si Corcelles m’était conté ouvrage de Mme CORNEILLAT et Mr BOUARD)

 

  • Des temps plus anciens on sait également qu’il existait à EBATY une chapelle, celle-ci a été remplacée par une église consacrée à la Sainte-Vierge en 1774,  elle était le siège d’une cure du diocèse d’AUTUN, archiprêtre de BEAUNE. Antérieurement elle n’était qu’une succursale de l’église de CHAUDENAY. 

 

Géographie : 

 

Caractéristiques de la commune : 

Communes limitrophes :

Politique et administration : 

Évolution de la population :

 

[source : wikipedia]